• Noir Vimeo Icône
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 par Laurence Dujancourt photographe

Georges Guyon architecte de l'élégance et bâtisseur au grand cœur

Rendant justice à un architecte peu connu, le livre est tout d’abord remarquable par la qualité de sa mise en page, la richesse de l’iconographie et la clarté de son propos. Le travail de recherche est très impressionnant, et permet d’appréhender de manière attrayante et exhaustive l’œuvre de Georges Guyon. Chaque réalisation est documentée avec précision et abondamment illustrée : c’est un plaisir à la fois pour les yeux et pour l’esprit ! La lecture s’enrichit aussi de rappels historiques (par exemple sur l’histoire du logement social), de contributions d’autres auteurs et surtout de passionnants focus sur les nombreux artistes qui ont collaboré avec Georges Guyon, sortant de l’ombre les maîtres verriers, les céramistes, les ferronniers d’art, les sculpteurs, les peintres décorateurs qui ont mis en pratique une conception renouvelée de l’habitat et de l’art de vivre.

Le livre dresse ainsi un tableau complet et vivant de la carrière de Georges Guyon, mais aussi, plus largement, d’une époque de profondes mutations sociales et esthétiques. Tout l’intérêt du livre est de mettre en perspective une œuvre importante, dont la diversité peut dérouter, mais qui reflète parfaitement les préoccupations de son temps.

C’est d’une manière qui nous paraît aujourd’hui étonnamment moderne que Georges Guyon a su répondre à ces différents défis. Il est attentif aussi bien aux considérations sociales, en tant que pionnier de l’habitat à bon marché, décent et salubre, qu’aux exigences d’une bourgeoisie soucieuse d’investir dans la pierre et, dans un goût souvent éclectique ou historiciste, de faire état de sa réussite.

Son travail témoigne ainsi de l’embellie économique qui caractérise la Belle Epoque, sensible également dans ses usines, ses bâtiments commerciaux et ses résidences de villégiature, en Ile-de-France ou dans les premières stations balnéaires (le front de mer de Mers-les-Bains en est un témoignage exceptionnel). Actif notamment à Saint-Maurice, à Charenton-le-Pont, à Saint-Denis ou à Maisons-Alfort, Georges Guyon a modelé le visage de la petite couronne parisienne, dont il a accompagné l’expansion démographique, la croissance économique et les mutations du paysage urbain. Partout, son travail se caractérise par un grand esprit d’adaptation et un même souci du détail, de l’élégance et de la qualité du matériau.

Autant de préoccupations qui, visiblement, ont également guidé le travail de Laurence-Elisabeth Dujancourt dans ce très bel ouvrage !

59

Les Gens de mon Quartier

Était-ce vraiment nous qu’elle cherchait ?

Et comment nous a-t-elle trouvés ?

Comme en glissant, sans faire de bruit, elle s’est approchée de nous et s’est penchée ou redressée, assise ou à genoux sans être là complètement. Peut-être a-t-elle posé son coude sur une rambarde, son menton dans sa main, et ses yeux sur nos mains, nos jambes, notre sourire ou notre dos, découvrant en chacun une grâce fugace qu’elle seule pouvait voir. Nous nous souvenons de son silence, de ce moment où le temps a pris tout son temps, comme apaisé dans un espace mieux-veillant. Mystérieuse messagère conduite jusqu’à nous par le vouloir de l’Art, la dame sans phrase a vu en nous qui nous voulions paraître et qui nous ne savions pas être, puis était repartie. Était-elle d’ailleurs vraiment venue ou l’avions-nous rêvée ? Quelque chose en tout cas, était survenu : certains sont devenus un portrait, œuvre unique, instant d’humanité, éternité donnée par l’artiste rare qui, un jour, a voulu raconter les gens de son quartier. Andrée Fradet

27